Les Clarisse Sisters des chanteuses à la voix exceptionnelle

10363872_793462907402309_5990065862322710319_n

Les Clarisse Sisters, trois voix magnifiques, connues des Mauriciens… Nous sommes allés leur poser quelques questions et elles nous ont répondu individuellement.

Leur parcours en quelques mots…

Les voix soul jazzy nous font automatiquement penser aux grandes pointures internationales, mais si pour une fois, au lieu d’interpréter les chansons des autres, elles chantaient les leurs ? Et si au lieu de reprendre les albums des autres, elles se décidaient à en faire un ? Et c’est ce qu’elles ont fait. Leur Album Kaléidoscope se fait déjà connaître de tous. Des mélanges musicaux incroyables, du talent, de l’expérience… Combinez tout cela et vous obtenez Les Clarisse Sisters.

Les sœurs Clarisse ont surtout connu les grandes scènes après leurs débuts au St Géran. C’est là qu’elles se sont fait remarquer et qu’elles ont démarré la grande aventure. Annick et Véronique ont partagé pendant neuf mois la même scène, jouant les choristes pour le duo Erasure (A Little Respect, Always, Blue Savannah, etc.), et ce, pendant au moins 100 concerts. Basia (Promises, Cruising for Bruising), chanteuse polonaise, était également au sommet de sa forme quand les jumelles ont été sélectionnées pour faire partie des choristes. Plus de vingt ans après, elles accompagnent toujours sur scène la vedette polonaise avec qui elles ont fait le tour du monde.

Choristes pour Erasure et Basia
Voici quelques images d’Annick et de Véronique

Dominique, elle, est très connue dans le circuit hôtelier. Le fait que Chris de Burg veuille que ce soit elle qui l’accompagne en duo fait partie de ces beaux souvenirs qui resteront gravés à jamais dans sa mémoire. Si vous voulez en savoir plus, suivez ces liens qui vous mèneront à leur Site Web et leur Page Facebook.

Fashion Mauritius est allé à la rencontre de ces trois Mauriciennes qui baignent dans la musique à l’île Maurice depuis des années. Nous sommes allés leur poser quelques questions… individuellement ! :)

Véronique, Dominique et Annick nous répondent en toute sincérité.

Questions

Quel a été le déclic, ce qui vous a poussé à vous lancer dans ce métier ?

Véronique : Pour ma part, le déclic s’est produit après avoir vu un documentaire au cinéma sur la tournée du groupe ABBA alors que je n’avais que 11 ans.

Annick : Le déclic remonte à quand nous étions petites, vers l’âge de 9 ans, lorsque notre papa était rentré d’un long voyage en Angleterre. Il y avait été envoyé par le gouvernement pour y faire deux ans d’études en statistiques. Après son séjour là-bas où il avait accumulé plein de disques et de cassettes, il les a fait venir en bateau avec une chaîne Hifi dernier cri à l’époque ! Nous passions des heures à écouter toutes sortes de styles de musique. De Bob Marley à Pink Floyd, The Three Degrees, Donna Summer, Jean-Michel Jarre, du Beethoven, du Mozart, Glenn Miller, Marvin Gaye, ABBA et j’en passe… Tout ça a été une découverte pour moi et j’étais fascinée par la musique. Mon père qui était mélomane nous disait qu’il fallait essayer de comprendre et de détecter chaque ligne de basse, guitare, batterie, les harmonies, etc. La nuit avant de me rendormir, j’entendais des symphonies dans ma tête ! Donc, la musique ayant fait partie de ma vie m’a permis de comprendre à l’âge de neuf ans que j’en ferais mon métier un jour. Je m’imaginais déjà en train de chanter devant un public !

Dommique : J’ai toujours chanté. J’ai commencé quand j’avais 3 ans. Mais à la base, je voulais être enseignante et je n’ai pas du tout imaginé qu’on pouvait faire un métier de la chanson. Les circonstances de la vie ont fait que je me suis retrouvée à 20 ans à chanter dans les hôtels jusqu’à aujourd’hui. J’ai la chance de pouvoir combiner passion et métier. Le déclic pour moi a été de participer à Mix Up de Patrick Dumolard en 1985. À partir de là, tout s’est enchaîné pour que je m’adonne à ma passion.

Racontez-nous, les soeurs Clarisse au quotidien ? Il vous arrive de vous disputer ?

Véronique : J’ai une vie tout à fait normale. J’ai la chance de bosser de la maison donc je gère mon calendrier entre la chanson, les adaptations de films à l’écran, la famille. Bien sûr, nous sommes tout à fait humaines… on se dispute, c’est sûr. Mais heureusement que les disputes ne durent pas. On passe très vite dessus.

Annick : Au quotidien, je me lève tôt vers 6 h 30 tous les matins pour m’occuper de ma fille Zoé (10 ans) avant qu’elle ne se rende au lycée. Ma fille aînée Anaïs,15 ans qui est en seconde, est parfaitement autonome !

Non seulement je chante 3 fois la semaine dans des hôtels, mais je suis aussi comédienne voix off pour des séries télévisées. Quand on a besoin de moi en studio, j’y vais de 9 h à midi ou de 9 h à 17 h Autrement, je fais aussi des adaptations de films qui me permettent de travailler de chez moi. Parmi toutes ces activités, j’essaye de me rendre à la gym pour pratiquer une heure à une heure et demie de sport, 3 à 4 fois la semaine !

Se disputer ? Non pas vraiment ! Il est vrai que parfois nous ne sommes pas d’accord sur certains sujets. Toutefois, ce n’est pas une raison de se chamailler. Nous respectons l’avis de l’autre !

Le soir, des fois, il nous arrive souvent de parler du boulot et de l’avenir des Clarisse Sisters avec mon mari Jean-Luc qui est notre manager.

Dominique : Disputer ? Je n’appellerais pas ça comme ça. Oui, nous avons des divergences d’opinions, mais nous arrivons à trouver des compromis. Nos « disputes » ne durent pas longtemps de toute façon. Cinq minutes tout au plus.

Étant donné que vous êtes trois, avez-vous toujours accordé les couleurs sur scène, tout en gardant votre style ? Expliquez-nous votre style vestimentaire ?

Véronique : On essaye de garder une harmonie au niveau des couleurs. Il est vrai que nous portons souvent du noir. J’ai un faible pour le rouge, les look vintage et glamour.

Annick : Oui, nous essayons de nous concerter avant un concert pour qu’il n’y ait pas de « clash » de couleurs sur scène. Moi, je préfère les pantalons fluides et aussi des « pencil skirts » et des tops assez fluides pour cacher mes rondeurs ! :-D

Dominique : J’adore le style hippie-boho chic. Je fais en sorte de rester dans l’esprit du style de musique que nous faisons tout en gardant mon côté bohémien. Évidemment, les jumelles et moi, nous nous concertons avant pour qu’on ne soit pas trop dépareillé.

Quels sont vos projets en perspective ?

Véronique : Nous voulons nous faire connaître à l’international (nous le sommes déjà en Pologne en passant, car nos chansons « Ayo » et « Une Feuille Blanche » sont 10ème dans les charts) et nous préparons notre deuxième album qui ne sera qu’en anglais.

Annick : Nous allons bientôt nous attaquer à l’écriture de notre prochain album qui sortira courant 2017. Même si nous avons déjà 5 chansons, il ne nous reste plus que 6 à 7 chansons pour le compléter. Nous allons nous concentrer dessus en plus des offres que nous avons reçues de l’étranger …! 2016 s’annonce excitante !

Dominique : Tout d’abord,  promouvoir notre premier album un max. Ensuite, travailler et finir le second qui est à moitié entamé.

Puisque vous connaissez déjà ce monde, quels sont les conseils que vous pourriez donner aux femmes de Fashion Mauritius qui ont perdu tout espoir de se lancer un jour ?

Véronique : Nous avons lancé notre carrière en tant que TCS très tard après avoir évolué en tant que choristes pour des artistes internationaux.
 Moi je dis « Tant qu’il y a la vie, il y a de l’espoir ». Et tout est possible, il n’y a pas de limite. Il ne faut pas laisser les critiques vous atteindre et continuer à croire en ses rêves.
Annick : Il ne faut jamais perdre espoir… J’aime beaucoup le discours de Lupita Nyongo, la Nigériane qui avait reçu un Oscar pour le meilleur second rôle féminin en 2014. Elle avait dit : « no matter where you’re from, your dreams are valid ». Moi je dis aussi : « peu importe notre situation, notre âge, il y a beaucoup de rêves à vivre encore. Tout est possible ! »
Dominique : Il faut croire en soi. Chaque être humain a du potentiel, peu importe le métier qu’on choisit de faire. Il faut mettre la main à la pâte, faire le premier pas et avancer. Même si on rencontre des obstacles et qu’on a l’impression de reculer, il faut avoir confiance et continuer de foncer. Aide-toi et le Ciel t’aidera.
Annonce : L’album KALEIDOSCOPE ! est disponible à travers l’Ile à Rs 450 (Book Court, Press Book, l’Atelier Littéraire, Le Printemps, etc…). Un album avec une production internationale assez rare pour Maurice, qu’il faut avoir dans votre collection ! 

Les Soeurs Clarisse
en Photos.

Leave a Reply