The Notorious interview of LP

Après le beau succès a Lakaz Cascavelle, le mauricien Laurent-Pierre creuse lentement mais sûrement son sillon. Afin de comprendre son univers, LP nous a accordé une interview ou il nous dévoile son parcours et ses objectifs. Laissez-vous donc vibrer sur le rhytme de nos questions dans votre Lakaz avec le #TheNotoriousLp.

Vous donnez dans quel style musical ?

Je n’ai pas un style que je privilégie en particulier. Je dirai que je suis plutôt pour une musique généraliste. Je veux dire par là, une musique qui comporte plusieurs styles confondues.

Dans vos soirées, quelles sont vos musiques favorites ?

Bon, comme je vous ai dit, je n’ai pas un style en particulier, mais j’ai un penchant pour le Funk, la House, le style Latino et l’Urban en général.

Et votre liste noire ce serait quoi ?

À ceci, je vous répondrez que ce sont les slows.

La passion pour le deejaying vous est venue comment. Racontez-nous votre parcours ?

Si vous voulez, je suis tombé dedans quand j’étais petit ! À vrai dire, j’ai eu le déclic lors de mon enfance, après avoir écouté l’émission de radio “boite Tapaz”. Pendant mon adolescence, je collectionnais des cassettes audio, puis des CD et par la suite, j’ai eu la chance d’acquérir des vinyles pour mon apprentissage au mixage. Après le collège, en 2004, j’ai mis le cap sur Sydney afin de me perfectionner comme ingénieur de son à l’institut SAE. Ainsi, j’ai eu diverses expériences en tant que Dj dans des bars, boîtes de nuit, ainsi que dans des festivals australiens auxquels j’ai eu la chance de participer. Puis, à Maurice, je mixe pour mon public depuis l’ouverture de Lakaz à Cascavelle.

Possédez-vous votre propre matériel ? Si oui, quel type de matériel utilisez-vous ?

Oui, une paire de Technics SL 1210 pour mes vinyles et un mixer Pioneer DJM 900.

Avez-vous une préférence pour les prestations indoor ou outdoor ?

Je préfère mixer plutôt indoor. Pour moi, ma relation avec mon public est plus intime que d’être à l’extérieur. Je me rapproche ainsi de mon audience et c’est ainsi que j’arrive à sentir s’il apprécie ou pas mon travail. Alors que l’outdoor, devant quelque 3,000 personnes par exemple, c’est difficile de pouvoir juger tout cela.

Comment préparez-vous chaque événement que vous animez ?

Rien n’est préparé en amont. Tout est une question de feeling devant le public présent devant moi quand je commence à mixer.

Nommée nous un DJ avec qui vous rêveriez de jouer/travailler ou de rencontrer et pourquoi ?

Kenny Dope, pour son riche influence musicale.

Pensez-vous faire carrière à l’étranger ?

Oui, après avoir eu une expérience enrichissante au pays des kangourous, je pense sérieusement me tourner vers l’Europe au courant de cette année.

Un petit message à vos fans ?

Je vous dirai : #TheNotoriousLp. C’est un projet à découvrir bientôt pour mes chers fans…

Leave a Reply